Inventons le langage de nos cœurs battant

Sous l’onde de tes doigts
le piano animé
ne s’adresse qu’à moi.
Et mes yeux dévorent
le balais des phalanges.
Mon âme sertie d’or
danse le pas des anges
les ailes déployées.

Inventons le langage de nos cœurs battant,
les mots que seuls nos souffles sauront murmurer,
inventons la syntaxe de nos doigts fébriles
sur nos peaux aimées et muettes pourtant,
la langue des secrets, confessions de nos yeux,
lumières silencieuses, face à face étrange…

Parle-moi, mon amour,
mais sans dire aucun mot qui soit insuffisant.
Dis-moi les râles, les frissons et les hésitations,
le courage d’un geste osé soudain,
l’aveu que contient un baiser,
que contient une étreinte,
une main déposée sur ma poitrine nue.