L’amoureuse en secret

Lovée dans des bras d’onirisme
Au murmure de la nuit, à son front étoilé,
Je m’abandonne.
Un prénom sucre mes lèvres assoupies,
Un soupir d’impatience et je délire, enfin,
Au bord du vide,
Je m’engouffre dans l’aube d’un matin déçu.
Hier, je t’ai revu.